L'objectif stratégique SSATP pour la période 2004-2007 était d'ancrer les stratégies nationales de transport dans les objectifs et les stratégies nationales de réduction de la pauvreté. Pour atteindre cet objectif, un processus participatif qui a permis aux parties prenantes du pays de revoir et d’adapter leurs stratégies nationales de transport et de réduction de la pauvreté a été progressivement mis en œuvre. L’Analyse des stratégies nationales de transport et de réduction de la pauvreté (Poverty Reduction-Transport Strategy Review, PRTSR) a abordé deux questions fondamentales:

  1. Est-ce que la stratégie nationale de réduction de la pauvreté fournit un cadre suffisamment clair pour orienter les stratégies du secteur des transports ? Si non, quels changements sont nécessaires ?
  2.  La stratégie pour le secteur des transports prend-elle pleinement en compte les objectifs et les priorités de la stratégie de réduction de la pauvreté ? Si non, quels changements sont nécessaires ?

Les conclusions du PRTSR devraient mener à des adaptations à la stratégie de réduction de la pauvreté ou de la stratégie de transport, ou les deux. Les adaptations concernent le contenu des stratégies nationales, ainsi que les processus de prise de décision.
Le processus de révision s’est basé sur deux principes essentiels: la maîtrise du processus et de ses résultats par les acteurs nationaux et la participation d'un groupe représentatif de personnes de premier plan possédant une excellente connaissance des enjeux et qui peuvent influencer des changements dans les stratégies nationales.

D’abord, un groupe de pilotage a été officiellement approuvé et mis en place afin gérer le processus. Il est composé de personnes de premier plan impliquées dans les transports et dans les stratégies de réduction de la pauvreté (société civile, secteurs public et privé). Ensuite, sur la base d'une analyse rigoureuse des parties prenantes, un groupe d'intervenants a été créé. Il est composé de personnalités influentes du secteur public, du secteur privé et de la société civile, représentant les secteurs prioritaires et les questions relatives au transport et à la réduction de la pauvreté. Suite aux travaux a émergé une analyse critique de la stratégie de réduction de la pauvreté et de la façon dont elle traite des transports, de la stratégie de transport et de sa cohérence avec la stratégie de réduction de la pauvreté, ainsi que du processus et des acteurs impliqués dans l'élaboration de ces stratégies. Enfin, des recommandations et des plans de mise en œuvre sont proposés.
 
En novembre 2005, 10 pays avaient achevé leur examen et identifié les actions nécessaires pour mieux relier les stratégies de transport à la réduction de la pauvreté. Trois pays - la Tanzanie, la Guinée et le Rwanda - ont terminé l'examen de leurs stratégies nationales au cours de la phase pilote en 2003, lorsque la méthode PRTSR était encore testée et développée. En 2004 et 2005, sept autres pays (Cameroun, Côte d'Ivoire, Lesotho, Malawi, Mali, Sénégal et Zimbabwe) ont terminé la révision de leurs stratégies de réduction de la pauvreté et de transport, en utilisant la méthode décrite dans les directives du PRTSR. Onze autres pays ont continué ou commencé avec le processus d'examen après 2005 : la République démocratique du Congo, le Swaziland, le Kenya, le Burundi, le Cap Vert, l'Éthiopie, la Gambie, le Ghana, le Niger, l'Ouganda et la Zambie.