L’accès aux moyens de transport permet aux femmes de recevoir en temps utile les soins obstétricaux essentiels à leur survie. Les moyens de transport contribuent de ce fait à la réalisation du cinquième objectif du Millénaire pour le développement : réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle. Malgré les différences observées au chapitre des revenus et de la croissance économique entre le Sri Lanka et la Malaisie, les deux pays sont parvenus à réduire sensiblement leurs taux de mortalité maternelle puisqu’ils ont tous les deux réussi, au fil du temps, à améliorer la prestation des services offerts dans leurs établissements sanitaires (en particulier dans les zones rurales) et à en accroître l’utilisation en insistant sur la qualité. Ces progrès sont dus en grande partie à la planification, dans ces deux pays, de moyens de transport qui améliorent la prestation des soins de santé. Le transport permet aux personnes qui habitent dans des régions où les services de santé sont déficients de se déplacer pour bénéficier ailleurs de soins de meilleure qualité. La mise au point de techniques pour stabiliser l’état de santé des femmes souffrant de complications et la disponibilité des services de transfusion sanguine permettent de transporter les patients dans des établissements de soins avancés. Les services de détection précoce offerts dans les centres de santé ruraux par les sages-femmes et les infirmières permettent de persuader plus facilement les patients de se rendre à l’hôpital ou dans le centre de santé le plus proche, où des services publics de transport sont disponibles. Dans les deux pays, des services de transport d’urgence gratuits ou subventionnés ont été organisés principalement en zones rurales, tandis que les services de soins ambulatoires étaient graduellement transférés au secteur privé et payés par les usagers. Dans les cas où les services de transport par ambulance ou par d’autres moyens étaient insuffisants ou inexistants (au Sri Lanka par exemple), le personnel de terrain était autorisé à recourir à des services de transport privés pour l’aiguillage des patients en situations d’urgence. Cette dépense était remboursée par le ministère de la Santé. Les moyens de transport ont évolué, dans les régions éloignées, du char à bœufs ou de la voiture à cheval aux services de taxi ou aux voitures particulières. L’accès aux services téléphoniques a également contribué à améliorer le processus d’aiguillage et l’efficacité des services de transport (Sri Lanka).

 


Objectifs de développment pour la mortalité maternelle et infantile : que peut-faire le secteur des transport ? (Anglais)

Investir dans la santé des mères : leçons de Malaisie et du Sri-Lanka (Anglais)

Améliorer les transports et les soins des mères: ce qu'il reste à savoir et des recommendations (Anglais)