urban Aller sur la page du thème Accessibilité et Mobilité urbaine pour en savoir plus sur les activités du SSATP et télécharger les publications correspondantes

 

OBJECTIFS

  1. Promouvoir la connaissance, la conception, l'adoption et la mise en œuvre de politiques globales et durables dans le domaine de la mobilité dans les villes
  2. S'assurer que les villes et les agglomérations ont la prise de conscience, les mandats et les aptitudes nécessaires à la réalisation de politiques de transports urbains efficaces

Comme, bientôt, plus de la moitié de la population de l'Afrique habitera dans des villes, il devient de plus en plus urgent de fournir une réponse durable aux besoins de mobilité des habitants des villes. Avec l'exode rural et des taux de croissance démographique annuels d'environ 4,5%, les zones urbaines de la plupart des régions d'Afrique sont confrontées à d'importants problèmes de développement, avec des niveaux de desserte et de mobilité considérés comme étant dramatiquement trop faibles pour satisfaire les besoins actuels et futurs des populations. On prévoit qu'au cours des vingt prochaines années, il y aura, en Afrique, plus de 300 millions d'habitants supplémentaires dans les villes et que, avant 2050, 60% de l'ensemble des Africains habiteront dans des zones urbaines. Compte tenu du faible taux actuel d'équipement en moyens de transport, la croissance économique entraînera une accélération de la motorisation. Déjà, les encombrements entravent les déplacements des biens et des personnes dans de nombreuses villes et zones économiques et sont source de préoccupations dans les pour l'environnement, la santé et l'économie, qui sont autant de défis pour les transports. La congestion qui paralyse les grandes villes est aggravée par des cadres politiques inadéquats et une faible aptitude à traiter les risques environnementaux, sociaux et liés à sécurité, qui sont dus à une croissance rapide de la motorisation. Le manque de coordination entre la planification des transports et l'aménagement du territoire rend les villes inefficaces, et il est la cause d'encombrements et de demandes de transport non satisfaites, et ce en particulier pour la fraction la plus pauvre de la population.

Les divers pays et les organismes de développement se sont, jusqu'à présent, révélés réticents à investir de manière importante dans le développement des villes et la mobilité urbaine. Pour la plupart d'entre elles, les villes ont été livrées à elles-mêmes dans le traitement d'une croissance urbaine non maîtrisée. Les défis provoqués par le développement des transports urbains sont rarement envisagés dans les stratégies de développement. Cependant, dans la présente thématique, le SSATP a une possibilité unique de contribuer au traitement de l'urbanisation rapide et non maîtrisée de plusieurs villes d'Afrique, en mettant la planification des transports urbains et celle des villes au premier plan des préoccupations de développement durable. L'inaction diminuerait les bénéfices engendrés par les autres mesures, si la part occupée par les transports dans les émissions de gaz à effet de serre continue à augmenter et se révèle supérieure aux gains réalisés dans d'autres secteurs.

Pourtant, il est généralement admis que, pour améliorer la mobilité dans les villes, il ne suffit pas de créer une infrastructure de transport viable, mais qu'il faut aussi faire cela en poursuivant des objectifs précis et d'une manière systématique et bien coordonnée avec les plans d'urbanisme globaux. Si ce n'est pas le cas, les investissements risquent d'être sous-optimaux et, si l'on enregistre encore d'autres retards dans ce travail, les villes risquent de se voir prises au piège de modèles d'aménagement du territoire et de modèles industriels sur lesquels il serait difficile de revenir.