Cette étude de cas qui se penche sur le partage inégal des corvées de transport liées aux activités domestiques entre les hommes et les femmes d’Afrique subsaharienne n’a pas été répétée à ce jour. Elle confirme qu’en Afrique subsaharienne, les femmes, avec l’aide de leurs filles, assument la plus grande part des activités de ravitaillement en eau ou en bois de chauffage, ou de transport du grain au moulin. L’examen des données issues de quatre enquêtes réalisées auprès des ménages au Ghana, en Tanzanie et en Zambie montre que ces corvées sont particulièrement longues et pénibles. Le portage sur la tête, effectué le plus souvent par les femmes, est le mode de transport prédominant. L’étude laisse conclure que l’allégement des corvées de transport assignées aux femmes leur permettrait de consacrer temps et efforts à des activités plus productives ou socialement plus bénéfiques, et de contribuer ainsi plus efficacement au bien-être des ménages. Une analyse des projets portant sur des interventions non liées au transport donne cependant à conclure que ce potentiel de développement est rarement exploité.


Étude de cas sur les rôle des femmes dans le transport rural :  L’accès aux sources d’approvisonnement pour les besoins domestiques